fenêtres sur la cour

10 décembre 2007

D'une robe bleue

Emma aimait le bleu.

Celui des robes et des rubans que vendent les camelots de passage, ou des stores de soie que l’on tire aux fenêtres des calèches. Celui qui recouvre les livres où l’on parle d’amour. Celui que laisse dans la tête la musique après que l’on y a dansé.

Elle n’avait pourtant jamais vu la mer. -Une histoire de bleu- de Jean-Michel Maulpoix Ed. nrf Poésie/Gallimard

                                   augustus_john_nirvana_1908

                                                    Nirvana de Augustus Edwin John - 1908

(…) ce serait une autre [robe] et qu’il ne lui aurait jamais vu, bleue comme ses yeux, bleue comme la mer où ils sont ce jour-là, une robe longue et bleue, et si longue si bleue, si légère dans le vent, qu’elle lui parait d’un autre temps, une robe comme autrefois lui semble-t-il, et d’un coton, d’une toile qui dit le radieux du jour d’été, le bonheur, la joie qui l’accompagnent, une étoffe qui se lève dans le vent, légère bat les chevilles, et parfois d’un grand mouvement vole autour d’elle. Un calicot, une étamine bleue. Une toile douce où passe l’air, la brise du bord de l’eau. -La robe bleue- de Michèle Desbordes Ed. Verdier

              augustus_john_the_blue_pool_1911

                           The blue pool de Augustus Edwin John - 1911

Posté par caroline_8 à 07:20 - Les mots - Permalien [#]
Tags : , ,