fenêtres sur la cour

17 décembre 2009

Vanessa, sœur de...

« Je ne peux me souvenir d’une époque où Virginia n’avait pas l’intention de devenir écrivain et moi peintre » V.B.

V1F

Vanessa Bell - 1905

Vanessa avait cependant une autre place tout aussi importante: c'était devant son chevalet; là son regard, bien que toujours aussi doux, était néanmoins concentré, dans un lointain abstrait, sur de ravissantes combinaisons de couleurs, de lumières et d'ombres avec lesquelles elle semblait maintenir une communion constante.
...
Quand le sentiment du temps écoulé ou la fraîcheur du soir devenaient pressants, elle grattait sa palette, attachait ses pinceaux sales avec un chiffon, rentrait sa boite et sa toile avec des soupirs mêlant plaisir et frustration.**

13_9   17_9

                           Vanessa Bell, Julian et Quentin Bell                Vanessa Bell et Angelica

Chaque sœur cherchait en l’autre la matière de son art. Elles ne se contentaient pas d’être peintre et écrivain enfermées dans la solitude de leur atelier ou de leur bureau. Pas un moment, Vanessa ne pensa que la mère amoindrirait l’artiste : [elle] avait de l’argent, des domestiques et, le plus grand des luxes, de l’espace. Toutes deux vendaient leur art en tant que décoratrice et éditrice, métiers qui donnèrent aux deux sœurs l’occasion d’une longue collaboration artistique dans le cadre de la Hogarth Press installée à Richmond en 1917.*

the_years        Kew_Gardens_1  1058730  Kew_Gardens_2 

Chaque œuvre de Virginia W. publiée par la Hogarth Press avait une jaquette dessinée par Vanessa B. Elle n’avait jamais pour intention d’illustrer le texte ; écriture et image devaient exister indépendamment.*

1913_1914

Design for a folding screen - Adam and Eve - 1913 - 1914 pour Omega Workshops

Après s’être intéressée, dans la première phase de sa production, avant tout au portrait et à la nature morte, Vanessa Bell passe, influencée en cela par la rencontre avec l’art de Henri Matisse, à des compositions caractérisées par une grande simplification et l’usage de tons fort énergiques. Parallèlement, elle fait des recherches dans le domaine de l’art abstrait, encore peu répandu dans le panorama artistique anglais.*

qsz

The Drawing Room in Charleston Farmhouse [scanné de mon carnet Images et impressions]

ghju

in Charleston Farmhouse [scanné de mon carnet Images et impressions] (voir détail)

Charleston___the_Studio_with_painting_by_Duncan_Grant__c_Pia_Tryde

The studio in Charleston Farmhouse

47523177

The studio in Charleston Farmhouse [scanné de mon carnet Images et impressions]

Les ateliers Omega produisait des meubles peints et marquetés, des tissus, des tapis et de la poterie. Membre des Omega Workshops, elle s’engage aussi dans l’art du décor et du design. Son travail le plus connu dans ce genre est la décoration de la maison du Sussex qu’elle partage avec Duncan Grant. [Charleston Farmhouse] Elle fut peintre, décoratrice et artisan ; beaux arts et arts décoratifs confondus, [possédant un] sens décoratif visionnaire qui traitait un mur, portes et cheminées exactement de la même façon qu’une toile.**

Henrietta_1950 1955 1956_2 1958

                 Henrietta - 1950        Henrietta- 1955                    1956                          Vanessa - 1958

Les autoportraits qu’elle fit à la fin de sa vie sont remarquables de pénétration et révèlent une acceptation philosophique de ce qu’elle considéra comme un destin difficile, mais aussi comme un plaisir prolongé de sensualité dans la couleur et la peinture.**

... son pinceau semblera pour autant s'unir à la plume de sa soeur dans l'art de traduire leurs impressions visuelles et intimes...***

*Texte tiré de Virginia Woolf et Vanessa Bell, une très intime conspiration de Jane Dunn et **texte en italique tiré de Les deux cœurs de Bloomsbury de Angelica Garnett et *** texte tiré de Sur les traces de Virginia Woolf, à la rencontre d'Angelica Bell de Philippe Legouis

Posté par caroline_8 à 10:03 - Elles... - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,