fenêtres sur la cour

07 juin 2011

La consolation des grands espaces

* * Là-bas, je n’ai pas eu à pousser des portes et à ouvrir des fenêtres sur… Tout était en plein vent, je dépliais mes ailes si longtemps atrophiées et froissées ; j’évoluais sans crainte et je réalisais que j’étais enfin dans la vie et même dans ma vie… Il me reste maintenant le souvenir de nos premiers pas, ceux dans les aéroports et des moments où l’un près de l’autre dans les fauteuils d’avion, nous ne savions pas encore ce qui nous arriverait ; il me reste le souvenir de l’attente et celui de l’émotion si forte que j’en ai... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 17:11 - - Permalien [#]
Tags :

10 février 2011

Il paraît...

* * Jusqu’à maintenant, je maintenais le cap, en vivant de manière raisonnable, ne voyageant que sur une carte et bouclant des bagages imaginaires. «  … l’idée de partir ;  parfois elle attend des années, dans l’ombre, son heure » P. Morand. Un jour, ne plus supporter d’être sage et fuir l’inadmissible, partir seulement partir et enfin, faire le voyage où l’on va accepter d’être égarée, renoncer à ses certitudes, s’abandonner à l’imprévu, car «  l’essentiel est de partir » N. BouvierC’est une évidence associée à de... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:00 - - Permalien [#]
Tags :
21 janvier 2011

Celle qui marche contre le vent

…  titre emprunté au nom de la collection: "Ceux qui marchent contre le vent" de cette petite maison d’Editions Indigène, dont on parle tant pour son « Indignez-vous ! » de Stéphane Hessel. * * Il me plait, moi qui fuyait et courait vite pour ne pas que le vent me rattrape, il y a encore quelques semaines…, il me plait de faire miens ces mots et de marcher contre le vent, d’avancer malgré tout et d’aller là où mes rêves m’ont toujours portée : ailleurs et au bout du monde. Dans l’art de la simplicité de... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:01 - - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2010

Comme en fuite

* Courons vite pour ne pas que le vent nous rattrape de Julie Douard dans Après l'enfance** J’ai poussé mon vélo le long du canal et me suis approchée tout au bord du quai, froid et luisant par la bruine qui tombait silencieusement ce matin-là. J’ai cherché du regard quelque chose à laquelle me raccrocher pour ne pas pleurer; le miroitement et le clapotis de l’eau m’ont happée.  Le jeu de la lumière associé au va-et-vient incessant des vaguelettes contre la pierre grise m’a, en quelque sorte, apaisée et je me suis demandée ce... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 06:30 - - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2010

Le temps est aux compotes

* Une odeur de cannelle m'accueille dans la cuisine, il y a beaucoup de pommes cette année, le temps est aux compotes de Marie Nimier dans Photo-photo* * Les journées s’écoulent vaille que vaille, le corps est occupé à agir mais parfois et souvent, mon esprit la rejoint, à l’époque où ma sœur appartenait encore à mon univers; bien que différentes à bien des égards, nous étions liées par les parents et l'Afrique et rien ne pouvait changer la donne ? Plus tard, le rôle de mères nous rapprocha quelque peu malgré la distance... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 08:57 - - Permalien [#]
Tags : , ,
23 septembre 2010

Scène 1, en gare de…

12h25 – En gare de Dijon, sur le quai EEn plein courant d’air et seule, j’attends le train; un TER de quatre voitures s’immobilise bientôt devant moi. Personne n’en descend. La porte ouverte, je grimpe à l’intérieur, j’investis les lieux inoccupés et choisis de m’asseoir sur la banquette cramoisie, tout au fond. Au bout d’un  moment, une voix se fait entendre; celle du chef de train qui égrène le nom des stations à venir. Sur mes doigts et rapidement, je les compte. Cinq, c’est la cinquième, l’avant dernière, le but de ce... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 06:39 - - Permalien [#]
Tags : , ,

24 août 2010

Tout ce que le poète et le peintre peuvent rêver,

la nature l'a créé en cet endroit. G. Sand * 16 août 1982: arrivée à Palma de Mallorca, 14h15 du vol IB 491  20 août 1982 : ValldemosaVisite à la Chartreuse et de ses jardins où vécurent Chopin et Georges Sand durant l’hiver 1838-1839. Indisposée par les touristes, j’ai su m’isoler quelques brefs instants et capturer en photos, l’ombre et la lumière, l’entre deux portes, la voûte et le passage…  vers la solitude, la retraite si dûment désirée. 21 août 1982 : le soir, chambre 216, hôtel  Eden à Puerto SollerCe... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 juin 2009

De l’ombre à la lumière

Pour tous ceux et celles qui viennent sous mes "Fenêtres sur la cour" en silence et dans l'ombre. En  pénétrant par la porte du transept sud, dans la basilique Saint Rémi, j’aspirai à trouver un refuge à la clameur, à la foule, à l’éclat trop vif du monde, à la vie en quelque sorte. J’ai su que ce lieu m’appartenait pour un instant et parcourant les allées, les chapelles à la recherche de la solitude, dans cette demi obscurité, je me suis sentie sereine. Comme souvent dans ma vie, j’ai désiré m’approprier ces... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 09:47 - - Permalien [#]
Tags : , ,
27 mars 2009

Le sud ou la couleur en liberté au port de Collioure

Le sud… ce fut dès ma descente du train, ma rencontre d’avec Laurence (maman fut sa maîtresse en 9ème A… oui, oui, Isas on disait 9ème !) et Nathalie (nos mères étaient maîtresses à NDA – Côte d’Ivoire) Attablées devant un mafé au poulet – attiéké et frites d’igname, nous avons aisément fait connaissance dans ce maquis (cantine africaine) de Montpellier. Le sud, ce fut une terrasse à 25°, ce fut un plateau de fruits de mer au bord de l’étang de Thau plongé dans le soir et ce fut au réveil, un petit déjeuner ensoleillé face à la... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 06:47 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 janvier 2009

Comment atteindre les étoiles

A l’automne, j’avais retrouvé le chemin du partage grâce aux cailloux blancs que m’avaient si gentiment semés quelques fées. (Eh, eh, je commence à y croire…) Mais très vite, la nuit est venue avec un vent froid et indifférent, chacun se réfugiant dans le travail et la préparation des fêtes qui avançaient à grands pas. Les cailloux avaient disparus et si je ne pouvais décrocher la lune, je pouvais tout au moins toucher du bout du doigt les étoiles. Oui, malgré cette nuit qui nous plombait, je repérais les étoiles qui tentaient... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 09:21 - - Permalien [#]
Tags : , , ,