fenêtres sur la cour

28 janvier 2011

... et puis fermez les guillemets

juste besoin de déposer ces mots, ici  « Tôt le matin, je me réveillais fatiguée et des sanglots dans la gorge, pleine de colère retenue » et mes regrets avaient un goût d’inachevé… J’en étais là avec ma peine mais ces jours-ci, quelqu’un a bien voulu m’écouter. Elle a dit quelques mots, juste une petite phrase et je me suis entendue exprimer ce qu’il fallait dire et puis, j’ai pleuré. Dès le lendemain, tout m’est apparu clair et évident : j’étais habitée par sa colère, qui n’avait sans doute pas trouvé d’écho lors de son... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 09:42 - - Permalien [#]
Tags : ,

07 décembre 2010

Mais où est donc passé l’automne ?

Ou comment la colère a pris le pas sur la tristesse  Je me trouvais bien courageuse d’avancer sans trop de dégât sur le chemin de ma peine. Avec Maman, nous avions beaucoup parlé et un peu pleuré. Il le fallait car vivre, c’est apprendre à perdre, à mourir un peu. * * De retour parmi les miens, la vie quotidienne me happait  à nouveau ; agir, ne pas penser, concentrée sur les tâches et survivre… Le jour, peu d’allant face à ma vulnérabilité et aucun goût pour le plaisir: l’ombre de moi-même. La nuit était... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : ,
11 novembre 2010

Comme en fuite

* Courons vite pour ne pas que le vent nous rattrape de Julie Douard dans Après l'enfance** J’ai poussé mon vélo le long du canal et me suis approchée tout au bord du quai, froid et luisant par la bruine qui tombait silencieusement ce matin-là. J’ai cherché du regard quelque chose à laquelle me raccrocher pour ne pas pleurer; le miroitement et le clapotis de l’eau m’ont happée.  Le jeu de la lumière associé au va-et-vient incessant des vaguelettes contre la pierre grise m’a, en quelque sorte, apaisée et je me suis demandée ce... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 06:30 - - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2010

Le temps est aux compotes

* Une odeur de cannelle m'accueille dans la cuisine, il y a beaucoup de pommes cette année, le temps est aux compotes de Marie Nimier dans Photo-photo* * Les journées s’écoulent vaille que vaille, le corps est occupé à agir mais parfois et souvent, mon esprit la rejoint, à l’époque où ma sœur appartenait encore à mon univers; bien que différentes à bien des égards, nous étions liées par les parents et l'Afrique et rien ne pouvait changer la donne ? Plus tard, le rôle de mères nous rapprocha quelque peu malgré la distance... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 08:57 - - Permalien [#]
Tags : , ,
28 septembre 2010

Dans une valise...

Fin 1939, le photographe de guerre Robert Capa quitte précipitamment la France pour les États-Unis. Il laisse dans son studio parisien son œuvre, dont trois boîtes de négatifs qui, après de longs détours, aboutissent chez un général mexicain. Robert Capa meurt en 1954. "La valise mexicaine" retrouvée en 2007, l'International Center of Photography (ICP) à New York révèle aujourd'hui ce trésor de la photo. Parmi tous les négatifs, une fois restaurés et numérisés, on découvre cette émouvante photo de Gerda Taro, la compagne de Robert... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 08:06 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 septembre 2010

L'album de Frida

Le temps retrouvé dans l'album secret de Frida ainsi que des lettres signées et trouvées dans ces supposées malles... Le tout dans Frida Kahlo, ses photos. * * 15 juin 1919, Frida par G. Kahlo * Au décès de Frida Kahlo en 1954, Diego Rivera fit sceller tout ce qui pouvait faire relique ou scandale dans deux cabinets de toilette de la Maison Bleue, avec ordre à sa nouvelle maîtresse Doña Olmedo, de ne les rouvrir que quinze ans après son décès.Pendant des années, les visiteurs les ont frôlées, sans le savoir. En 2004...... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:09 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 août 2010

Tout ce que le poète et le peintre peuvent rêver,

la nature l'a créé en cet endroit. G. Sand * 16 août 1982: arrivée à Palma de Mallorca, 14h15 du vol IB 491  20 août 1982 : ValldemosaVisite à la Chartreuse et de ses jardins où vécurent Chopin et Georges Sand durant l’hiver 1838-1839. Indisposée par les touristes, j’ai su m’isoler quelques brefs instants et capturer en photos, l’ombre et la lumière, l’entre deux portes, la voûte et le passage…  vers la solitude, la retraite si dûment désirée. 21 août 1982 : le soir, chambre 216, hôtel  Eden à Puerto SollerCe... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 avril 2010

Le thé à Monk's House

Mardi 26 avril [1938]Nous avons passé Pâques à Monk’s House. Mais pour ce qui est du soleil, il n’a jamais brillé. Il faisait plus froid qu’à Noël, avec un ciel plombé et rechigné ; (...) Mais en dépit de cela, me voilà en train d’ébaucher un nouveau livre. -Journal d'un écrivain-Les deux familles, les Bell et les Woolf, se voyaient souvent. (...) les week-ends d’été, nous nous réunissions pour le thé, soit à Monk’s House, soit à Charleston. Là, [Monk’s House] nous prenions toujours le thé  dans la salle à manger, d’un vert aussi... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 09:57 - - Permalien [#]
Tags : , , ,
24 janvier 2010

La cuisine de Marguerite D.

Elle (...) va enfin pouvoir réaliser son rêve de petite fille : s’acheter une immense chambre à soi. Cette maison, je l’ai achetée... Elle m’appartenait, elle était à mon nom...  Et je m’en occupais. Et je la nettoyais.* Ce sera la maison de Neauphle, (...) Lieu de (...) la solitude. (...) Elle seule à réchauffer la maisonnée de la soupe aux poireaux pommes de terre, l’hiver à sept heures, comme chez les paysans, avec le fromage dedans... (Marguerite Duras de Laure Adler)Située au rez-de chaussée du corps de bâtiment central, la... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 19:39 - - Permalien [#]
Tags : , , , ,
17 décembre 2009

Vanessa, sœur de...

« Je ne peux me souvenir d’une époque où Virginia n’avait pas l’intention de devenir écrivain et moi peintre » V.B. Vanessa Bell - 1905 Vanessa avait cependant une autre place tout aussi importante: c'était devant son chevalet; là son regard, bien que toujours aussi doux, était néanmoins concentré, dans un lointain abstrait, sur de ravissantes combinaisons de couleurs, de lumières et d'ombres avec lesquelles elle semblait maintenir une communion constante. ... Quand le sentiment du temps écoulé ou la fraîcheur du soir... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 10:03 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,