fenêtres sur la cour

02 juillet 2011

... et puis quels sont les mots qui soulagent ?

Voilà ce que je me dis * * … [elle] est morte, ça n’a pas de sens, c’est juste des mots.En ce jour d’enterrement (…) je ne ressens rien, non. Et puis, tiens, quelque chose de mouillé sur mon visage. Il pleut ? Mais non. Il ne pleut pas. Je pleure. Ce sont des larmes fines, économes et discrètes,  ou qui tentent de l’être, et de passer en force.  C’est si étrange cette douleur qui ne fait pas mal. (…) Mais je ne sais pas si c’est [elle] que je pleure. C’est peut être un chagrin plus ancien, ou un chagrin à venir, ou le... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 09:34 - - Permalien [#]
Tags : ,

28 janvier 2011

... et puis fermez les guillemets

juste besoin de déposer ces mots, ici  « Tôt le matin, je me réveillais fatiguée et des sanglots dans la gorge, pleine de colère retenue » et mes regrets avaient un goût d’inachevé… J’en étais là avec ma peine mais ces jours-ci, quelqu’un a bien voulu m’écouter. Elle a dit quelques mots, juste une petite phrase et je me suis entendue exprimer ce qu’il fallait dire et puis, j’ai pleuré. Dès le lendemain, tout m’est apparu clair et évident : j’étais habitée par sa colère, qui n’avait sans doute pas trouvé d’écho lors de son... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 09:42 - - Permalien [#]
Tags : ,
03 janvier 2011

Mesdemoiselles C.

Anne SerreLes deux sœursThéodore Chassériau (1819-1856)Mesdemoiselles C. 1843* * Notre frère nous a demandé de poser. (…) C’est lui qui a souhaité accentuer notre ressemblance, car à la vérité, nous ne nous ressemblons pas tant que cela.(…)Moi aussi, je voulais partir. (…) Je voulais devenir professeur, et peut être même à l’étranger. (…) Et non seulement enseigner, mais écrire peut être, car j’avais entrepris un récit (…) Mon roman s’appelle Le salon vert. (…) D’ailleurs, on le notera, c’est celui dans lequel nous... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 08:30 - - Permalien [#]
Tags : ,
18 décembre 2010

Notes de chevet

* Sei Shōnagon est une femme de lettres japonaise qui a écrit vers l'an 1000 ce qui est considéré comme une des œuvres majeures de la littérature japonaise : Notes de chevet, un texte inclassable, une collection de listes, de poésies, de complaintes et d'observations glanées tout au long de son séjour à la cour. Sei Shonagon (c. 968 - c. 1010) : une page des Notes de chevet * À la manière des Notes de Chevet de Sei Shônagon, voici les miennes : 15. Choses dont on néglige souvent la fin- Le rire innocent qui reste à jamais... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 20:51 - - Permalien [#]
Tags : , ,
19 octobre 2010

Au gré de petits cailloux

* Alessandro Calabrese's flickr * Les rêveurs de grands chemins ne se nourrissent de rien, sinon de miettes hasardeuses, tombées du ciel, d'un livre, de semis de lumière, oubliés dans l'épaisseur de l'encre: de quoi réjouir les cigales et charmer le silence. [Le colporteur de Christian Bobin] Suis-je une rêveuse de grands chemins? Je le pense et dans l'attente d'une vie meilleure, je vous ouvre mon carnet d'images    
Posté par caroline_8 à 11:46 - - Permalien [#]
Tags : , ,
19 août 2010

Un hiver à Majorque de Georges Sand

  Première partie Chapitre IV (… )  c'est que j'avais envie de voyager. Et, à mon tour, je ferai une question à mon lecteur : Lorsque vous voyagez, cher lecteur, pourquoi voyagez-vous?—Je vous entends d'ici me répondre ce que je répondrais à votre place : Je voyage pour voyager. —(...)  Quant à moi, je me mis en route pour satisfaire un besoin de repos que j'éprouvais à cette époque-là* particulièrement. Comme le temps manque pour toutes choses dans ce monde que nous nous sommes fait, je m'imaginai encore une fois... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 12:40 - - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 août 2010

On dit ici que le vent parfois est tellement fort qu’il arrache les ailes des papillons

ou l'effet papillon... Ph. Caillaud La fenêtre qui donnait sur le jardin était grande ouverte. Le soleil est entré et avec lui, un tout petit papillon aux ailes bleues.(… )- Lili dit, Si tu touches la poudre sur les ailes du papillon, il meurt… Et si le papillon bat des ailes ici, il peut se passer quelque chose de très grave à l’autre bout du monde. Quelque chose d’aussi grave qu’un ouragan.(… )- Lili dit…- On s’en fout de ce qu’elle dit, Lili.Max a baissé la tête.(… )- Je suis dans l’incessant travail… toujours.- L’incessant... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : ,
14 juillet 2010

De l'amitié féminine...

-    Croyez-vous en l’amitié ? C’est un sentiment que je trouve si difficile à comprendre. Mon père me conseillait de ne pas y croire. The Critics -1922 de Harold Harvey -    Les hommes n’aiment pas l’amitié féminine, ils préfèrent des femmes rivales qui se disputent leur amour. Beaucoup de femmes ne cultivent pas l’amitié, même  si elles le font davantage que les hommes. L’amitié ne se ressent qu’à distance, quand l’entente est déjà brisée. Elle n’est pas aussi envahissante que l’amour, elle ne paraît... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 19:04 - - Permalien [#]
Tags : , ,
08 mars 2010

Laura, April et les autres...

Lettre à mes filles de 19, 22 et 26 ans Nous ne pouvons échapper à la sortie du livre d’Elisabeth Badinter "Le conflit, la femme et la mère" avec le tollé général d’une certaine catégorie de blogs qui se sont sentis -à tort- menacés et méprisés. Ces femmes qui prônent la vie d’une "house’s wife" comblée et de la mère parfaite : Certaines ne croient plus à la nécessité absolue d'avoir une activité professionnelle. Elles reportent leurs ambitions sur l'éducation des enfants. (...) La mère parfaite est au service de... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 06:00 - - Permalien [#]
Tags : ,
06 août 2009

On pourrait imaginer que quelqu'un écrivit une histoire du bleu

Comme une suite à ce billet du 10/12/07: D'une robe bleue L’un d’entre nous parfois se tient debout près de la mer.Il demeure là longtemps, fixant le bleu, immobile et raide comme dans une église, ne sachant rien de ce qui pèse sur ses épaules et le retient, si frêle, médusé par le large. Il se souvient peut être de ce qui n’a jamais eu lieu. Il traverse à la nage sa propre vie. (…) Il laisse en lui se déplier la mer : (…) [elle] le conduit sans hâte là où le ciel a seul le dernier mot (…) [là] où la tête rend un son creux après... [Lire la suite]
Posté par caroline_8 à 07:00 - - Permalien [#]
Tags : , ,